Résilience ...

 

Blottie au fond de mon crépuscule,

J'attisais les braises d'un feu sans joie.

A la lueur de ma solitude,

Vos absences étaient mon chemin de croix.

Pour cacher les traces indélébiles,

Qui ravivaient les souvenirs cuisants,

Pareil à un funambule sans fil,

J'avançais sur un vide permanent.
 

      ... Le temps a passé ...
 

J'ai déposé mes souvenirs,

Au pied d'un cerisier en fleurs :

Nos soirs d'été, à écouter

Les hirondelles fendre le ciel

De leurs cris joyeux ;

Le petrichor du jardin arrosé ;

Les bruits et les odeurs de la maison ;

Nos jeux d'enfants sur les marches du perron.

 

     … On reconnaît le bonheur

     Au bruit qu’il fait en partant.* ...

 

J'ai compris l’impermanence,

J'ai appris la résilience :

J'ai dessiné des fleurs de joie

Sur les tables vides, les jours de fête ;

J'ai semé mes plaisantristes, **

Pour me nourrir de rires ;

Je vous ai vu dans un ballet d'étourneaux,

J'ai souri à ce qui a été.

 

     … La vie ce n'est pas d'attendre, que les orages passent,

     C'est d'apprendre comment danser sous la pluie … ***

 

 

* Citation de Jules Renard.

** Terme utilisé dans « L'Aquoiboniste » : Chanson de Serge Gainsbourg , interprétée par Jane Birkin.

*** Citation de Sénèque (Philosophe romain, né entre l'an 4 av. J.C et l'an 1 ap. J.C, mort le 12 avril 65 ap. J.C)

 

 

J'ai aimé écouter le Canon de Johann PACHELBEL en écrivant ce texte. Ce canon a été composé en 1677, alors que Johann PACHELBEL n'avait que 24 ans.

 

 

MLD 

Déposé le 13 février 2017

(première version le 13 novembre 2010) 

 

15 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (10)

1. marielinedelay (site web) 14/04/2017

Bonjour Sandra,

L'amour n'a ni temps, ni distance.
Au plaisir de votre plume funambule.
Amitié
Marie-Line

2. Sandra Dulier (site web) 13/04/2017

La douceur d'un amour passé illumine quand on sait en cueillir la beauté précieuse du don... Amicalement.

3. marielinedelay (site web) 19/03/2017

Bonjour Marie,

C'est vrai je réalise ce que tu dis, les mots m'emportent et ont parfois (même souvent) leur propre rythme.
Laissons nous porter par l'ivresse de l’Écriture !

Je te souhaite autant de rééditions pour "Le bébé d'Adèle" que pour "Cris dans un jardin"

Je pense à ton jardin qui doit revêtir ses belles parures de printemps.

Je t'embrasse, Amitié Grande.
Marie-Line

4. Marie Murski 18/03/2017

Très beau texte Marie-Line, je reconnais tes mots, ils sonnent juste, et parfois à toute volée... Je t'embrasse

5. marielinedelay (site web) 16/03/2017

Bonjour Isabelle,

MERCI, c'est gentil.

Prends soin de TOI et de toi.

Au plaisir des mots.
Marie-Line

6. Isabelle vouriot (site web) 16/03/2017

Un très beau texte Mary-Line qui fait écho :)

7. Brahim (site web) 12/09/2012

A chaque crépuscule, suivi d'une nuit ténébreuse, succède une aube nouvelle annonciatrice de clarté et de jours meilleurs. Quant au bonheur, ceux qui le cherchent se trompent : le bonheur se rencontre, il suffit de le reconnaître, de répondre à son sourire, de lui ouvrir la porte du coeur, où il se blottira, pour ne plus repartir : il ne fera pas de bruit de pas, mais fera entendre une continuelle et douce mélodie nourricière du coeur et de l'esprit.

8. marielinedelay (site web) 03/08/2012

Bonjour Tim,
Très heureuse de ta visite.
Cette citation que tu as aimée nous vient de Jules Renard. Elle est parfois prêtée aussi à l'acteur Louis Jouvet.
Je l'ai trouvé tellement criante de vérité que j'ai eu l'envie de l'utiliser (en hommage)
Bonne continuation.
Au plaisir de te lire.
Marie-Line

9. Tim (site web) 02/08/2012

Celui-ci m'a particulièrement marqué. En même temps simple, poignant et sincère.
Et cette citation est celle que j'ai préférée
«On reconnaît le bonheur
Au bruit qu'il fait en partant»

10. Kriss 05/11/2011

Très beau!
Voici l'adresse du site d'un peintre dont les textes accompagnant les tableaux devraient te plaire.
http://kawan-nawak.over-blog.com
Kriss F.Gardaz

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×