Sans ombrage

 

Es-tu une enfant du placard

Qui par un mur de silence,

Fuis le pourquoi de l'absence

Et d'une identité sans miroir ?

 

Laisse moi te regarder,

Petite soeur courage,

Sans en prendre ombrage.

 

Suis- je blessure, faiblesse,

Ou tout simplement l'image

D'un passé né sans visage,

Dans une ville sans adresse ?

 

Laisse moi t'envisager,

Petite soeur courage,

Sans en prendre ombrage.

 

Ne sommes- nous les dispersés

D'une triste malédiction,

De fantômes sans conviction

Que nous ne pouvons réinventer ?

 

Pourras- tu un jour m'aimer,

Petite soeur courage,

Sans en prende ombrage ?

 

 

Est- ce vraiment dans la haine,

Que nous trouverons le repos ?

Est- ce vraiment dans la rancoeur,

Que nous nous sentirons plus libres ?

 

 

 

MLD

Déposé le 12 janvier 2011

8 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (3)

1. marielinedelay (site web) 03/08/2012

Bonjour Brahim,
Entièrement d'accord avec toi, le pardon est courageux, il donne un sens à notre vie.
Avec toute mon amitié
Au plaisir de te lire
Marie-Line

2. Brahim (site web) 31/07/2012

Ni haine, ni rancoeur : seul le pardon est grand, car il mène au bonheur. Telle est ma conviction Marie ; je suis sûr que c'est aussi la tienne.
Amitiés.

Brahim

3. pierre jean (site web) 21/01/2011

Grand de sensibilité ! De profondeur, aussi... Tellement de douleurs se cachent au fond des placards ! Nous pourrions en parler si longtemps !

Vous avez, un jour, parlé de la profondeur de l'âme. Aujourd'hui, j'admire la vôtre.

Bonne journée.

Pierre-Jean

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×